Sujet : Le quotidien

"Ah, que la vie est quotidienne" Jules Laforgues

Créez la mise en scène d'un quotidien

(Sujet de Licence 1, à l'université du Mirail, à Toulouse, cursus Arts Plastiques, option photographie.)
 
_________________________                            
Attention, nous savons tous que quand un sujet est donné, que ce soit un travail écrit,
en 2D ou 3D à rendre, il faut prendre garde aux mots clefs, les analyser, et les utiliser.
Voici les mots importants : mise en scène, un, quotidien. Tout ça, à créer.
_________________________                            
 
            Je pars de l'idée que le quotidien de l'un est le quotidien de l'autre, tout en étant différent. Les journées sont toutes construites de la même façon. On se lève on mange, on est éveillé et actif, on mange, on est éveillé et actif, on mange, on dort. Ceci est la base du quotidien, tout le monde, à peu près, vitcomme ça. Ce en quoi il est différent : les repas diffèrent, la façon d'être actif et d'occuper son temps  d’éveil. Il y a aussi les choses vécues qui sont différentes. On ne connaît pas tous les mêmes personnes, on ne travaille pas tous au même endroit ou de la même manière, certains font des siestes après le déjeuner, d'autres sortent après le repas du soir, etc.

            Pour ce premier projet, j’ai décidé une mise en scène d’un quotidien plus ou moins universel, en traitant de la manipulation. Quoique l’on fasse, ce qui nous entoure est source d’une influence, est propice à la manipulation de l’Homme. Selon les caractères et les critères de ces sources d’influences (reportages, informations télévisées, radio, amis, commerce, politique…), on se laisse plus ou moins guider vers quelque chose qu’on n’aurait pas nécessairement choisi. C’est quotidiennement le cas que d’être sujet à la manipulation d’autrui. Nous aussi, en parlant, en nous exprimant, nous pouvons manipuler les autres.

            Pour traiter ce choix, j’ai décidé d’utiliser l’objet de la marionnette, dont on fait ce qu’on veut. Je me suis mise à la place de cette marionnette, et quelqu’un (anonyme puisque tout est représenté en lui) tient les ficelles reliées à mes membres. J’ai installé les photos sur deux plans. Au fond, accrochés au mur, trois photos sont visibles : une main qui tient l’arc avec les ficelles ; la tête de la marionnette humaine attachée aux fils ; et une autre marionnette tenue par la marionnette humaine. Ceci montre la chaîne de l’influence, comme quoi les autres nous influencent, mais nous aussi influençons. Le premier plan, lui, montre le souhait de tous de se « libérer » de cette emprise, de se rendre libre de choisir sans que les autres soient pour quoique ce soit dans nos choix. Ainsi sont suspendus plusieurs fragments d’une photo ou des ciseaux sont sur le point de couper les fils de la manipulation.
 

 
            Je peux parler de mise en scène puisque parmi mes essais photographiques et pour le résultat final, des personnes sont intervenues dans le projet. Aussi, les clichés ne sont pas pris « sur le vif », mais sont réfléchis. L’ajout d’objets, comme ficelles et arc en bois ainsi que les habits portés pour créer l’illusion d’un réel pantin, font aussi parti de la mise en scène.

 

            Ensuite, je peux dire que c’est la mise en scène d’un quotidien, tout simplement parce que c’est quelque chose qui me touche. Ce n’est pas toujours facile de faire des choix soi-même, et quand on entend « les autres » parler à propos de ces choix, on entend pleins de choses différentes. On est tiré dans tous les sens, et on a envie que tout cesse.

  

 

             C’est la mise du quotidien de tous, mais tout le monde ne le vit pas de la même façon ; j’ai montré ici mon image de tout ça. C’est la mise de mon quotidien, en quelque sorte.

 
JM

Publié le 5 juil. 2009 par Julie Mlk