"Une place pour les rêves / Mais les rêves à leur place." Robert Desnos

The Big Friendly Giant - The BFG

Steven Spielberg


En français, "le BGG - le bon gros géant". Steven Spielberg dévoile un roman de Roald Dahl en image, pour notre plus grand plaisir, comme vous pouvez vous en douter.
Univers sublimes, mêlant géants et humains, mêlant douceurs et craintes. Il ne faut pas se fier aux apparences, il faut apprendre à être brave, à se surpasser.

Spielberg garde son univers de fiction avec ce film pour grands enfants et jeunes adultes (jeunes dans leur tête !). 
Qui croit à ces histoires de géants ? C'est une belle question. Sophie, jeune orpheline, sait qu'il ne faut pas être trop curieuse, sait que ce n'est pas parce qu'il y a du bruit à l'extérieur, qu'il faut se laisser surprendre à s'approcher de sa fenêtre, ouvrir les rideaux, et observer. Bah oui, parce que si quelqu'un la voit, qui sait ce qu'il pourrait faire ?
Et... si c'était un géant ?!

Chanceuse, même si c'est difficile à croire au départ, le géant l'ayant découvert est végétarien ! Pas ses collègues, dont il est tête de turc, du pays des géants. 
L'aventure fait tranquillement son bonhomme de chemin, on apprend à découvrir Sophie, on les voit évoluer, on en apprend petit à petit davantage sur le géant. Entrée en matière douce, qui n'en est pas moins belle.

Côté magie, illusions, émotions douces... le géant est chasseur de rêves. Tu trouves ça mal, hein ? C'est pas cool de chasser les rêves ! Ouais sauf qu'il ne les vole pas aux personnes, il part les cueillir dans un monde parallèle de l'autre côté d'un lac, sur un arbre ..à rêves. Avec bien sûr, au milieu, un cauchemar qui naît de temps en temps. Il faut être prudent avec eux !
Après les avoir attrapé, il est possible d'en mélanger certains et créer des rêves particuliers. C'est trop cool :-) Mais qu'en faire ?! Simplement, le géant va en ville, et lorsque l'on s'est endormi, il nous souffle nos rêves.

Ouais, j'ai kiffé cette parti. Ce côté appartenait plus à Roald Dahl qu'à Spielberg je suppose, mais le rendu était bon.
Spielberg reste un bon. Plans intelligents à mon goût, fluidité des mouvements, bel enchainement des plans. Les images sont remplies d'informations, de détails, rien de saturés non plus. C'est comme une complète simplicité !
La post-production a super bien fait son boulot aussi faut dire... Et que le géant a une super tête. J'ai kiffé ce mélange de tendresse, à la limite de la faiblesse, plein de sentiments, de douceur, de curiosité, de patience. La vie a fait son travail sur cet homme à la taille démesurée, aussi démesuré que sa belle personnalité.

Suis allée voir ce film avec Luca, le petit dont je m'occupe ici. 5 ans, et il a adoré aussi. Beaucoup de chose pour lui, on a certainement eu deux lectures différentes, mais on a tous les deux passés un agréable moment. D'autant plus que la salle étaient quasi vide (4 enfants avec un adulte chacun). 

Bien sûr, film vu en VO ici, et sans regret. Les accents accompagnent les personnalités ! Ok, j'ai pas compris tous les dires du géant (écossais pour sûr !) mais ca lui donnait du charme. Je comprends pas ce fort accent, mais j'aime bien l'entendre. Aussi, j'espère que la version française n'a pas trop perdu de ces caractéristiques propres aux personnages...

Le film est sorti en juillet 2016 en France. Je ne le vois que maintenant, oui... mieux vaut tard que jamais ! Bien que oui, j'aurais pu m'en passer. Mais oui, j'ai bien apprécié aussi !