“La joie de satisfaire un instinct resté sauvage est incomparablement plus intense que celle d'assouvir un instinct dompté.” Sigmund Freud

GUS

Sébastien Barrier

 

Violent, cru, sauvage, brut.
Musique théatralisée, textes, images vidéoprojetées.
Personnages humain et animal, d'une vie féline de chat atypique, particulier, bigleux, maigre, abandonné.

"Si je préfère les chats aux chiens, c'est parce qu'il n'y a pas de chat policier."
Jean Cocteau

 

Entre correspondance épistolaire à sa famille génétique, cohabitation avec sa famille adoptive, et découverte de la vie -d'un monde dans lequel toute étrangeté peut finalement avoir sa place- avec un ami. Voici ce que nous offre Sébastien Barrier, accompagné de son acolyte Nicolas Lafourest, dans sa toute dernière création.
Parce qu'être différent ne doit pas vouloir dire devoir se cacher, ni se faire discret, ou avoir à provoquer. La différence, simplement, se veut davantage patiente à trouver sa place, à oser, à vivre.

GUS est un geste ultime de survie.
Spectacle de surprises, de mots, de griffes, de charme, d'expression ... de chat.
Spectacle à ne pas prendre dans le sens du poil, mais plutôt à contrebrosser.


Poignant, vivant, vrai. Une immersion totale dans une personnalité pour laquelle tout un chacun peut s'identifer à un moment ou à un autre, ou au moins s'attacher. Enfin, pour le meilleur ou pour le rir... euh, le pire. Avec une rythmique cadancée entre : 
  musique (guitage, voix, caisse claire, charley, mandoline, dactylographie et autre rebondissements),
  textes (écrits, chantés, lus, contés, criés... de tendresse, colère, incompréhension, amour surtout -au final-, amour profond -caché, à déterrer gentiement-), 
  images (mots et autres racontards, lettres de nouvelles, animaux circassiens...). 
Le tout dans une atmosphère sombre, sobre parfois, pénétrante toujours, éveillant sans cesse les réactions -enfouies ou exprimées- du moindre spectacteur -petit et grand confondus.

 

Un Sébastien Barrier toujours éclatant d'une mélancolie persistante à la diction parfaite et au bagoût séduisant. Fragilité, attaches et poésie autour de l'animalité et de la création artistique, pour une ôde à la vie, à la survie, à l'être.

A dévorer des yeux, des oreilles, du rire,   des larmes,        du coeur.
 

“Le solitaire est un diminutif du sauvage, accepté par la civilisation.” Victor Hugo